Mont Blanc

« Whaaw quelle course », c’est bien ce qu’on s’est dit une fois celle-ci finie.

Tout démarre 2 jours plus tôt où je reçois un message de Mischa « Chaud pour le Mont Blanc à ski? » sans trop d’hésitation je lui réponds que oui oui je suis bien bien chaud! S’en suit une longue discussion pour savoir quand partir… il faut dire que la météo de dimanche après-midi n’était vraiment pas terrible… mais bon, lundi étant un très beau créneau, on acceptera bien de faire l’approche des Grands Mulets sous la neige.

Après de nouveau une longue hésitation sur quelle voie prendre (arête N du Dôme ou Petit et Grand Plateau) on se décide à prendre le matos nécéssaire pour l’Arête. Ce sera finalement avec la benne de 15h (…) qu’on entame l’approche vers le refuge des Grands Mulets.

Un brouillard à couper au couteau, de la neige, ce n’était clairement pas idéal, surtout dans ce petit labyrinthe qu’est le glacier des Bossons, mais bon, on y arrive.

Accueil exceptionnel de la part des gardiens au refuge! Vraiment sympas, généreux en informations sur les condi et en plus, ils brassent eux-même leur bière là-haut!! Malheureusement il faudra attendre 2 mois pour pouvoir la gouter. On reviendra!

11 prétendants au sommet dans la salle à manger autour du petit réchaud, on essaye tous de plus ou moins faire sécher nos affaires mais inévitablement, tout ne sera pas sec le lendemain.

Après le traditionnel couscous du soir cuisiné par nos soins, on discute encore avec les gardiens avant de se dire vers 23h qu’il serait temps d’aller dormir… le réveil est fixé à 3h30.

On part un peu plus tard que prévu, 4h30, sous un léger vent mais sous un ciel bien dégagé.

On suit la trace d’un guide parti 1h avant nous mais rapidement, on arrive sur de la neige fort soufflée, très dure. Le guide y est passé avec les couteau, mais nous, on en a pas… Vu qu’en cas de chute/glissade il serait impossible de rattraper l’autre, on décide de continuer en crampons.

Tout se passe bien sur quelques mètres quand soudain je me retrouve enfoncé jusqu’aux épaules dans une crevasse. Mischa réagit super bien, la corde est bien tendue, je m’en extraits tant bien que mal mais au vu du trou en-dessous je m’allonge sur ce pont de neige en espérant ramper vers une zone plus sure. Je n’ai pas le temps de faire 1cm que tout le pont s’effondre et je me retrouve à pendouiller sur ma corde 4-5m sous la surface dans une crevasse de 2m de large et dont je ne vois pas le font… Immédiatement j’entame la théorie (mettre la broche pour se longer) et avec les 2 piolets traction que j’ai sur le sac et les crampons au pieds, j’arrive sans gros problème à sortir de ce trou. Heureusement mes skis, arrachés du sac lors de la chute n’ont pas glissés bien loin. Je reprends 2min mes esprits, et préviens Mischa, un deuxième truc dans le genre et je fais demi-tour.

Ce sera une bonne expérience tant pour lui que pour moi, les 2 ayant, je pense, parfaitement réagit. Merci mon vieux!

Petite parenthèse, cette crevasse était dans l’axe de la pente… c’est rare mais voilà…

On reprend notre route et on arrive sur l’arête N du Dôme où quelques passages en glace dure nous oblige à tirer quelques longueurs en corde tendue avec protections. On avale rapidement les (environs) 300m d’arête à 40° et on remet les skis peu avant le col du Dôme.

On y rattrape le guide et ses clients, malheureusement ils s’arrêterons là… On continue en traçant la montée à Vallot dans 40cm de poudre et on s’accorde une pause une fois au bivouac. On est aux anges, la météo est magnifique, les condis sont idéales, l’ambiance entre nous aussi, le sommet ne sera rien que pour nous (les autres cordées ayant fait aussi demi-tour ou ayant énormément de retard), le must quoi! Et là… à peine on commence notre pause qu’un hélico pose 3 personnes juste devant nous… nos têtes… on est dégouté! Mais bon assez rapidement on se rend compte qu’ils n’iront pas au sommet, c’est une équipe de France 3 qui tourne un reportage. On s’échange les numéros, ils aimeraient filmer notre descente dans la Face N du Mont Blanc… la classe 😉

L’arête des Bosses sera longue, 2h30, on alterne entre essentiellement de la neige bien dure mais aussi du gros gros brassage dans de la neige fraîche.

On s’octroie une pause à pratiquement chaque bosses. Et enfin, on y est, 13h, l’heure du sommet! Un premier Mont Blanc pour Mischa, son premier 4000 même. Bravo!

Ca a beau ne pas être le premier pour moi, on est tous les deux émus!

On appelle nos proches et là, ma copine me fait la surprise d’être à l’Aiguille du Midi, et de nous voir avec ses jumelles 😀 Elle fera même des photos durant notre descente.

Parce que oui, maintenant il y a l’autre moitié à faire… elle sera moins longue, moins fatigante mais fort exposée aux chutes de séracs et quand même assez crevassée… Après avoir appelé notre équipe de TV qui nous filme depuis Vallot ( 😉 ), on s’engage dans la Face N.

LA POUDRE!!!!! Incroyable!!! On se régale mais toujours en étant fort attentif à ne pas traîner où il ne faut pas, les séracs sous lesquels on passe sont très impressionnants et tombent régulièrement.

On rejoint le Grand Plateau où l’on retrouve les traces de descente du guide jusqu’au refuge. On y récupère un peu, on récupère aussi nos affaires restées là et on se grouille de rejoindre le Plan de l’Aiguille avec pas mal de remontées en peau et une neige molle. La remontée de la moraine nous achèvera…

En résumé, ce sera une longue mais magnifique journée! Tant à la montée qu’à la descente!

Merci Mischa, on refait ça!

 

https://www.camptocamp.org/outings/868226/fr/mont-blanc-grands-mullets-arete-n-du-dome-descente-face-nord

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s